LES DEMANDEURS D’ASILE EN IRLANDE: L’ACCUEIL QU’ILS NE REÇOIVENT PAS

 In My Blogroll
Exposé sur les droits et les discriminations
Lorsque les demandeurs d’asile arrivent dans des pays comme la France et l’Irlande, ils viennent dans l’espoir de commencer une nouvelle vie. Ils cherchent non seulement un emploi, mais aussi l’acceptation.
Nous nous considérons comme des pays progressistes , et que les droits humains fondamentaux sont à la base de nos constitutions, mais il semble que ces droits ne sont donnés qu’ aux personnes qui ont  remplis les bons documents.
Aux fins de cette présentation , je vais discuter du système de demande d’asile en France, l’accès au travail et à l’éducation pour les demandeurs d’asile et les conditions de vie de ces personnes obligées de vivre dans l’attente de la réponse à  leur demande d’asile ainsi que durant leur phase de recherche.
 
Grand-A: Accès au système Francais
En France, en 2012, une personne sur sept a une demande d’asile acceptée .Nous devons examiner pourquoi le processus est si difficile pour les demandeurs d’asile et les conséquences de cela.
 
1. La demande d’entrée en France au titre de l’asile
 
a)  Arrivée en France du demandeur d’asile
Quand des demandeurs d’asile arrivent d’abord en France, ils n’ont pas besoin d’avoir beaucoup de documents. Ils doivent toutefois passer une série d’examens pour prouver qu’ils sont dans le besoin d’asile. Si ils ne réussissent pas ces tests, ils sont expulsés immédiatement.
Il est important de se rappeler que le demandeur d’asile vient de s’échapper de son pays d’origine et cherche refuge. Il a pu survivre à la guerre et à la violence dans son pays d’origine et a peur, est fatigué, affamé, mais plein d’espoir. Il attend un soutien et de l’aide, mais ce qu’il reçoit est souvent du scepticisme ainsi que du rejet.
 
b) La législation concernant les demandeurs d’asile
Une fois que les demandeurs d’asile ont été acceptés en France, ils doivent présenter une demande de résidence permanente conformément à la loi française. Ce processus prend beaucoup de temps et cela signifie que le demandeur d’asile n’est pas en mesure de travailler ou de trouver un logement permanent jusqu’à ce que ses documents soient achevés. Cette législation française signifie que beaucoup sont donc obligés de vivre dans des logements pauvres sans infrastructures de base et sont même contraints à mendier dans les rues pour gagner de l’argent.
 
2. Éducation et Travail
 
a) Les difficultés d’accès à travail pour les demandeurs d’asile
Quand les gens viennent en France, ils se trouvent être obligés de mendier de l’aide dans les rues en raison d’un manque de documents leur permettant d’entrer sur le marché du travail. Leur présence à chaque coin de rue a souvent soulevé les plaintes du public, mais nous sommes trop prompts à oublier que nous sommes la raison pour laquelle ils sont coincés là-bas. Ils vivent bien en dessous du seuil de pauvreté et, malheureusement, leur sort est continuellement balayé sous le tapis politique d’une manière dédaigneuse par la  classe politique au pouvoir.
b) Le manque de participation à l’éducation des enfants de demandeurs d’asile
L’accès à l’éducation est incroyablement difficile pour les jeunes demandeurs d’asile. Sans une documentation appropriée, ils ne sont pas autorisés s’inscrire dans les écoles françaises et même quand ils ont la chance d’aller à l’école, beaucoup ne peuvent pas se le permettre financièrement dans la mesure où ils sont forcés à mendier dans les rues de la nourriture et de l’argent , ayant priorité sur une éducation. Se déplacer d’une auberge  signifie aussi que les enfants n’ont pas le temps de s’intégrer dans le système éducatif français. Malheureusement, leur capacité à s’ intégrer et à socialiser avec d’autres enfants est également affectée.
 
Grand-B: Les conditions de vie
1. Logement
 
a) Logement temporaire
N’ayant pas d’argent, pas de possibilité de travailler et aucun soutien général du gouvernement de France, ces demandeurs d’asile malchanceux passent des années d’attente pour que leurs demandes soient traitées et vivent dans des conditions à peine préférables à la rue. Chambres exiguës, surpeuplement, pas de vie privée, le manque d’infrastructures de base – C’est le cauchemar vivant pour la plupart des demandeurs d’asile. Ce qui est le plus effrayant ce n’est pas la sympathie que nous ne parvenons pas à ressentir pour les adultes qui se trouvent dans cette situation, mais les enfants qui souffrent à cause de notre indifférence envers leur sort.
 
b) Les Mineurs Non Accompagnés
Les mineurs non accompagnés sont les enfants qui fuient leur pays d’origine seuls et ils viennent nous demander de l’aide et de la sécurité. Ces mineurs échappent aux terreurs de la violence et du conflit armé pour finalement se retrouver d’être obligé de faire face à une nouvelle peur en sachant que leur sécurité a ici un best-avant timbre. Les mineurs, tant qu’ils ont moins de 18 ans, seront pris en charge par la législation française quant à l’attribution d’un logement. Cette disposition est meilleure que le placement en auberges  souvent mal équipées, mais une fois que ces mineurs atteignent l’âge adulte, ils perdent leur droit aux protections, ils sont transférés à l’adulte étant en processus de demande d’asile et il est pertinent de constater que la prise en charge initialement donnée à ces mineurs disparaît. Encore une fois, nous montrons avec quelle rapidité nous pouvons tourner le dos à ceux qui ont besoin de notre aide.
 
2. L’Aide
 
a) Les organisations
Pour aider ceux qui cherchent refuge en France, quelques organisations  travaillent avec les demandeurs d’asile et les aident à démarrer leur nouvelle vie.
Le Centre d’accueil des demandeurs d’asile en France (CADA), Le Bureau Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA des) et Amnesty travaillent ensemble pour s’assurer que les voix des demandeurs d’asile soient entendues et que des dispositions appropriées soient prises par le gouvernement pour les faciliter.
 
b) Les mesures législatives
Afin de s’attaquer aux problèmes des demandeurs d’asile, l’UE a créé une nouvelle directive qui stipule que tous les pays doivent créer un processus de demande plus court et plus facile pour les réfugiés. Cela a été accepté par la France en Janvier de cette année. Bien que perfectible, c’est certainement un mouvement dans la bonne direction.

Pour conclure, ya t-il un espoir pour les demandeurs d’asile à l’avenir? L’Union Européenne se dote d’un système d’asile commun en ce moment qui est censé rendre le processus de demande d’asile beaucoup plus simple et efficace pour ceux qui en ont besoin. Il n’y a pas de plans immédiats pour améliorer l’hébergement ou l’intégration des demandeurs d’asile en France ainsi que le reste de l’Europe, mais au moins c’est un pas dans la bonne direction.
Les gens doivent se rappeler que nous sommes tous humains et méritons tous l’égalité de traitement et le respect. Il faut traiter les autres comme vous aimeriez être traité.
Recent Posts

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Start typing and press Enter to search